A LA UNEActualitésDiaspora

Affaire Boubacar Sèye : Les défenseurs des droits humains exigent sa libération « immédiate et sans condition »

Les associations de défense des droits humains haussent le ton suite au placement sous mandat de dépôt du président de l’Ong Horizon sans frontières (HSF) pour diffusion de fausses nouvelles. Ainsi 13 associations se sont liguées pour exiger de l’Etat du Sénégal sa libération « immédiate et sans condition ». Dans une déclaration conjointe, les signataires se disent préoccupés par cette arrestation.

« Boubacar Séye a été arrêté le vendredi 15 janvier 2021 par la Police de l’Air et des Frontières, à l’aéroport international Blaise Diagne de Dakar, à la requête de la section de recherche de la gendarmerie nationale. Il a été inculpé et placé sous mandat de dépôt le mardi 19 janvier pour diffusion de fausses nouvelles suite à une déclaration faite au sujet des fonds reçus par l’Etat du Sénégal et les Etats africains en général, de l’Union Européenne, pour lutter contre l’émigration clandestine », rappellent-elles.

Selon ces dernières, ces propos du président de HSF ne sont pas sans fondement puisque, confient-elles : « Boubacar Séye nous a informés avoir remis aux enquêteurs les documents reçus de la représentation de l’Union Européenne au Sénégal et qui constituent le fondement de ses propos. Dans une interview accordée au journal l’Observateur au mois d’octobre 2020, Boubacar Séye interpelle l’Etat du Sénégal et les Etats africains sur l’utilisation faite des fonds reçus de l’Union Européenne pour lutter contre l’émigration et demande un audit de ces fonds ».

Une interpellation qu’Amnesty international, Africajom, Frapp et les autres jugent « légitime », « au vu de la recrudescence du phénomène de l’émigration clandestine et du grand nombre de jeunes africains qui perdent la vie en cherchant à aller en Europe ». Par conséquent, « les signataires de la présente déclaration exhortent l’Etat du Sénégal à libérer immédiatement et sans condition Boubacar Séye et à abandonner toutes les charges retenues contre lui », lancent ces associations.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page